Côte d’Ivoire: tirs nourris dans des casernes militaires

By on January 10, 2018
De nouvelles mutineries éclatent dans le pays

De violents coups de feu ont été entendus à Bouaké, deuxième ville de la Côte d’Ivoire. Des tirs d’artillerie,selon plusieurs témoins, ont été échangés entre deux bases militaires de la ville.

Bien entendu, les habitants n’ont pas osé se risquer à sortir de chez eux. Les commerçants ont fermé leurs boutiques. Dans la nuit de dimanche à lundi, des tirs avaient également été entendus. Des affrontements avaient opposé une faction de l’armée et des éléments du Centre de coordination des opérations décisionnelles (CCDO), faisant un mort.
Le ministère de la Défense a par ailleurs ouvert une enquête. En effet, le communiqué lu à la télévision nationale disait: “Dans la nuit du 4 au 5 janvier 2018, une altercation est survenue entre un équipage du centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) et des soldats du Bataillon d’artillerie sol-sol dans la ville de Bouaké, quartier Dar es salam (…) Au cours de la dispute qui a suivi, des coups de feu ont été tirés par les protagonistes provoquant le décès par balle du sergent Dembélé Yacouba et faisant un blessé”.

D’anciens rebelles intégrés dans l’armée se sont mutinés en janvier puis en mai 2017, obtenant finalement le paiement de 12 millions de francs CFA (18.000 euros) pour chacun des 8.400 d’entre eux. Cette crise a terni l’image de stabilité retrouvée du pays après la crise politico-militaire de 2010-2011.

Les autorités avaient promu massivement des militaires du rang, en intégrant d’anciens rebelles. Les experts estiment qu’une armée doit avoir 20/30% de sous-officiers et 65/70% de militaires du rang.

Ces affrontements surviennent au lendemain du discours de Nouvel an du chef de l’Etat Alassane Ouattara, dans lequel il avait appelé à une armée “véritablement républicaine”.

About Armand Djoualeu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *