Kenyatta sworn in for second term as Kenya’s president

By on November 28, 2017
La commission électorale kényane a proclamé vendredi 11 août le président sortant vainqueur de l'élection de mardi. « Je souhaite donc déclarer l’honorable Uhuru Kenyatta président élu », a annoncé le chef de la Commission électorale kényane (IEBC).
Les résultats officiels du second tour donnent 54,27% des suffrages au président sortant, contre 44,74% à son rival Raila Odinga.
Avec 54,27 % des suffrages, M. Kenyatta a obtenu une écrasante victoire sur son adversaire Raila Odinga. Le président Kenyatta a tenu à tendre la main à tous les kenyans lors de son discours. « Nous ne sommes pas des ennemis, nous sommes des citoyens de la même république ». « Les élections vont et viennent. Mais le Kenya est ici pour rester », a-t-il ajouté.
Dès le lendemain du scrutin, Raila Odinga a en effet dénoncé des fraudes massives et un supposé piratage informatique des serveurs de l’IEBC. 
 « A chaque fois qu’une élection a été volée, les Kényans se sont levés ! », a lancé M. Orengo. 
Quelques instants après l’annonce des résultats, des affrontements violents ont éclaté dans les grands bidonvilles de la capitale Nairobi (tels que Kibera ou Mathare) et à Kisumu (Ouest), fiefs de l’opposition à majorité Luos, l’ethnie de M. Odinga.
Dans la ville Kisumu, à l'ouest du pays, l'un des bastions de Raila Odinga, des échauffourées ont éclaté.
Les troubles ont d’ailleurs repris samedi matin dans la ville où les manifestants ont bloqué plusieurs axes routiers. 
L’ONG Médecins sans frontières a par ailleurs annoncé avoir traité 19 blessés depuis vendredi soir dans ce même bidonville.
Dans le bidonville de Kibera, à Nairobi, des partisans de l’opposant Raila Odinga incendient les commerces appartenant à des membres de l’ethnie kikuyu, estimant que le président élu a volé les élections. 
Le reste du Kenya demeure stable et bien contrôlé par les 150 000 policiers déployés pour les élections. La majorité de la population ne semble pas se retrouver dans les accusations portées par l’opposition à l’issue d’un scrutin auquel 78 % des inscrits ont participé avec enthousiasme, et qui a été salué, jusqu’à présent, comme bien mené, transparent et dénué de manipulation par l’ensemble des observateurs internationaux.
Le président rwandais Paul Kagame et son homologue ougandais ont rapidement félicité le vainqueur sur Twitter.
Le président somalien Mohamed Abdullahi Farmajo a également adressé ses félicitations au président kényan.

Uhuru Kenyatta has been sworn in for a second five-year term as president of Kenya.

Kenyatta, 56, won a rerun presidential election last month boycotted by the opposition which said it would not be free and fair. “The elections are now firmly behind us … I will devote my time and energy to build bridges.” He said.
The ceremony took place in the Nairobi’s Kasarani stadium.
The ceremony was attended by heads of state from across the east Africa region.
A few miles away from the stadium, opposition supporters were gathering to hear Raila Odinga’s speech.
Police fired rifles and teargas to break up the crowd. One person is reported dead.
The old opposition leader, 75, told the crowd he would be “sworn in as president” by his own supporters later this month and called Kenyatta’s government “illegitimate”.
Last month Kenya’s supreme court nullified the first presidential election in August over irregularities.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *