Un musée de l’histoire afro-américaine inauguré par Barack Obama

By on September 26, 2016
Le président américain Barack Obama a inauguré samedi 24 septembre 2016 un musée afro-américain

Barack Obama a inauguré samedi 24 septembre 2016, le musée de l’histoire afro-américaine à Washington, symbole de la place centrale des Noirs aux Etats-Unis, dans l’espoir qu’il servira de trait d’union dans un contexte racial tendu.

Des milliers de personnes ont convergé des quatre coins de l’Amérique pour assister à l’ouverture du National Museum of African American History and Culture (NMAAHC), situé sur le National Mall, cette immense coulée verte à deux pas de la Maison Blanche.

Devant une foule de plusieurs milliers de personnes, en grande majorité noires, et en présence de son prédécesseur, Georges W. Bush, qui avait autorisé le lancement du projet en 2003, le président s’est félicité de l’ouverture, maintes fois ajournée, d’un tel musée, estimant qu’« une grande Nation ne se cache pas la vérité ».

Une série de concerts au ton engagé, dénonçant le racisme et les brutalités policières, a accompagné l’inauguration.

“Le musée de l’histoire afro-américaine n’est pas séparé de l’histoire plus large de l’histoire américaine, ce n’est pas le côté caché de l’histoire américaine, c’est central à l’histoire américaine”, a assuré le premier président noir des Etats-Unis, sous l’ovation du public et les applaudissement d’un parterre de responsables politiques.

“Nous ne sommes pas un fardeau ou une tache pour l’Amérique (…) Nous somme l’Amérique”, a-t-il lancé, sur l’esplanade du musée, un imposant bloc ultra-moderne et paré de bronze.

L’idée d’honorer la mémoire des Afro-Américains remonte à 1915  : d’anciens combattants noirs de la guerre civile (1861-1865) demandent alors – en vain – l’érection d’un mémorial. En 1929, le Congrès donne son accord à la création d’un musée mais, alors que le pays plonge dans la crise, lui refuse toute subvention.
Seul un “battement de cil” nous sépare du passé esclavagiste de l’Amérique, a rappelé le pensionnaire de la Maison Blanche. “C’était seulement hier et donc nous ne devons pas être surpris que toutes les plaies ne soient pas refermées.”

“Mais ce musée nous montre que même face à l’oppression, même face à une difficulté inimaginable, l’Amérique est allée de l’avant”, a-t-il insisté.

“Ce musée peut nous aider à nous parler. Et plus important, à nous écouter et encore plus important à nous voir”, a énuméré Barack Obama après avoir multiplié les anecdotes et récits sur la vie des Noirs aux époques esclavagiste et ségrégationniste, rappelant à plusieurs reprises le chemin parcouru.

L’ampleur de ce projet a nécessité une levée de fonds de plus de 500 millions de dollars (445 millions d’euros). La moitié du budget est assuré par le gouvernement fédéral, l’autre par des dons privés.

La commission mise en place par M. Bush l’avait conçu comme un lieu de « guérison » susceptible de contribuer à «  la réconciliation entre les races  ».

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *